Lifestyle, Voyage

Bons baisers du Portugal

15 septembre 2015

Si je vous dis Portugal, vous pensez Lisbonne, Benfica, au Porto, au célèbre coq de Barcelos, éventuellement au Fado…

Pour ma part, je vais vous parler d’une région méconnue (et qui pour moi reste la plus belle du pays), l’Alentejo, et principalement d’un petit village. Mon village. Enfin… Celui où ma mère a grandi. Gáfete.

DSC04022

Après plus de 15 ans sans vrai retour au pays, ma mère a finalement décidé de prendre ses enfants sous le bras (ma sœur et moi) pour renouer avec ses racines et les nôtres par la même occasion. Nous voilà donc partis en famille sur les traces d’un passé un peu flou.

Du Portugal je n’avais que la vision française (La morue, l’accent de ma mère et quelques histoires ici et là) accompagnée de lointains souvenirs d’enfant de courtes semaines passées là bas.

Je vous passe les détails du voyage, les longues heures de voiture en pleine canicule, les bagages débordant de tous les côtés… un classique !

Arrivée dans la région natale de ma mère (au Nord-est de l’Alentejo), je fus incroyablement surprise de découvrir un paysage semblable à un décors de cinéma. Des territoires arides dignes des plus beaux westerns, une végétation jaunie parsemée de petits oliviers et de chênes liège, quelques vaches paisibles et des moutons accablés par la chaleur. Même les hommes ressemblent à des cowboys, s’annonçant par une démarche lente et posée presque lancinante, mais empreinte d’une grande fierté. De vieilles femmes en noir (et oui! dans ce petit village exilé elles respectent encore les traditions du deuil) sont assises sur des bancs de pierre devant des maisons ou au détour de rues suivant l’ombre qui peut s’offrir à elle. Des chats chétifs s’approchent parfois…
Tout est calme et lourd.

Je me suis longtemps promenée dans les rues désolées du village, trouvant, au détour d’un carrefour, un chien errant, une femme recouvrant sa maison de chaux ou mon oncle au volant de son vieux pick-up Toyota qui m’embarque dans son tacot bringuebalant pour les “champs”. La parisienne terrorisée par le moindre insecte que je suis doit vraiment prendre sur elle une fois balancée au milieu d’un troupeau de vaches énormes ! Mais cette frayeur vaut bien le plaisir de déguster de belles pastèques (cultivées par mon oncle) comme on en trouve que là-bas, fraîches et sucrées à souhait. J’en ai fait une orgie !

DSC03743

Pour les plus curieux ou aventuriers d’entre vous, Gáfete se trouve à 200 km de Lisbonne et, même si la voiture est préférable, le trajet en car est faisable (prévoir un changement au moins, et près de 4h de voyage depuis l’aéroport de Lisbonne).
Ne comptant que 900 habitants, le village est malgré tout doté d’une très belle petite piscine extérieure (très utile pour les chaudes journées d’été) mais n’est pas pourvu d’hôtel ou de pension. Sans point de chute « chez l’habitant » difficile donc d’y séjourner, mais quelques locations Air b’n’b sont disponibles dans la ville la plus proche : Alpalhão.
Le haut lieu touristique de Gáfete reste son église du XVIème siècle, centre du village. En dehors des messes, pour la visiter, la clé est à demander à la boulangerie en face, inratable avec son vieux four surmonté d’une immense cheminée en brique.
Pour un break non loin, je vous invite à vous poser au café Rex. Les patrons ayant vécus en France parlent français (et ça, c’est précieux pour se faire expliquer la vie du village et glaner quelques conseils de visites alentours !).
L’été, de nombreuses soirées sont aussi organisées, pour les détails pensez à vous renseigner auprès de la Mairie (un petit bureau situé face à l’église près de la boulangerie 😉 ou auprès des habitants. Ces fêtes sont l’occasion d’écouter du Fado (plus ou moins bon, je vous l’accorde) en dégustant un poulet grillé typique, qu’il faut (idéalement) choisir pimenté, un vrai délice (!) et à manger avec les doigts (je le trouve encore meilleur dans ces conditions et tant pis pour les conventions !), le tout accompagné de Sagres ou Superbock, bières du pays.

Outre ce petit village perdu et les paysages magnifiques, je vous invite à découvrir les jolies villes de Castelo de Vide, Marvão ou Portalegre. Et offrez-vous un détour par Evora (un peu plus dans le sud), une ville inscrite au patrimoine mondiale de l’Unesco) abritant entre autres (c’est une vrai ville-musée !) les ruines du temple romain de Diane.
Et si vous passez par là, l’Alentejo vaut aussi pour sa route des vins. Certains sont vraiment délicieux. On trouve des rosés, blancs et rouges, mais la spécialité reste le vinho verde (vin vert), un vin très jeune, qui donne presque l’impression d’être pétillant. 


Cette région (tout comme le Portugal) regorge de choses à voir, mais les vacances n’étant pas indéfinies, j’en garde un peu pour d’autres séjours (l’occasion d’écrire d’autres billets). Alors à suivre !
ps : si vous avez des bons plans et curiosités de cette région à partager, n’hésitez pas !

You Might Also Like

8 Comments

  • Reply Sonia Hn 15 septembre 2015 at 11 h 05 min

    Love it! Thanks for this nice escape in Portugal 🙂

  • Leave a Reply