DailyMood

Dire aurevoir à une amitie

19 février 2018

[AVANT-PROPOS : Les copines sur les photos sont toujours mes copines depuis plus de 18 ans 🙂 . Je n’allais bien sûr pas mettre des photos de mes ex-copines]

Je suis quelqu’un de très (trop) fidèle en amitié. Je suis souvent celle qui prend des nouvelles, qui organise les soirees, propose les cagnottes et idées cadeaux, fait les plannings de vacances en groupe. Tout cela je le fais parce que l’amitié, se vit et s’entretien.

Quand on avait 5 ans l’amitié était la plus sacrée de notre vie, de 12 à 20 ans c’est compliqué mais c’est la force qui nous fait avancer, après 25 ans on arrive à faire la part des choses et on sait dire qui sont ces amis qui sont en fait notre famille.

Mais avant d’en arriver là, on rencontre plusieurs étapes et plusieurs histoires d’amitiés.

Moi en tant qu’amie

Je n’ai jamais vraiment aimé la notion de « meilleure amie, BFF » parce que ça oblige à choisir entre différents amis et je trouve ça très engageant.
Mes amis les plus proches sont autant des hommes que des femmes. L’amitié que j’ai avec les hommes est vraiment différente : on arrive à se dire les choses sans mettre de guillemets, d’effet de langue, réflexion sur le choix des mots …la successibilité n’est même pas un élément qu’on prend en compte, on ne se formalise pas parce qu’on met 3 ou 4 jours à répondre à un whatsapp, on se raconte nos histoires avec des mots crus (certaines fois d’ailleurs, un peu trop de détails lol), on se dit Merde et on se rappelle 2h après sans problème… Après je dois avoir 75% de mes amis qui restent des filles (et je les en remercie) et là aussi il y a des choses géniales qu’on partage en amitié : elles comprennent ma sensibilité, mon bavardage est mieux supporté, les regards qui disent tout à la place des mots, les conseils qui n’ont pas de prix…

Je ne suis pas la meilleure des amies, j’ai de nombreux défauts humains qui se répercutent en amitié :

  • je suis entêtée (du coup quand je veux qu’on aille quelque part et qu’on ne m’écoute pas, j’ai toujours le petit « je te l’avais dit » qui est prêt à sortir)
  • le macrelage est un art que je maîtrise (surtout sur les stars…mais attention je sais garder les secrets importants)
  • je veux tout le temps solutionner les problèmes ; du coup j’ai beaucoup de mal à écouter une amie sur un problème et ne pas essayer de lui apporter de solution.

J’ai plein d’autres défauts, mais mes ex amis en parleront mieux que moi 🙂

Mes plus belles déclarations amicales

il y a des moments d’amitiés qui font qu’on accepte les déceptions rien que pour vivre ces beaux moments de partage, d’amour et empathie. Des exemples, j’en ai plus que de déceptions : les lettres de Lena, la surprise de ma demande en mariage de Lena et PayPay, Emilie qui squatte mon canapé pour m’aider à me remettre d’une peine de coeur très (trop) longue, Ines qui tient jusqu’à 4h du matin pour que je debrief de mes soirées, Olivia qui revient de Londres à temps pour apprendre la chorégraphie de mon mariage….

Des exemples j’en ai beaucoup… Mais il y a aussi les peines d’amitiés qui marquent, qui blessent et qui transforment.

Les peines d’amitié… des blessures comme les autres ?

Une (ex) amie m’a un jour dit une phrase qui maintenant prend tout son sens « L’amitié c’est comme une histoire d’amour ». En fait en amitié tu as des coups de foudre, parfois tu construits avec le temps, puis ça devient fort ; il y a des hauts et des bas et alors que tu pensais que ça allait durer toute la vie, ça se termine.

Certaines de nos histoires d’amour bien qu’elles se soient terminées, nous ont permit de mieux nous comprendre, savoir vers quel type d’amour on veut tendre, grandir… en amitié c’est pareil.
On ne garde pas forcément les amis toutes notre vie mais il est essentiel de ne pas avoir de regrets car ces amitiés nous ont apporté beaucoup de choses et qu’elles étaient nécessaires à ces moments de nos vies.

On a tous des déceptions en amitié, plus ou moins fortes mais si on regarde en arrière chaque échec, déception, trahison a été formateur !

Une (ex) amie a attendu le délai tout à fait « honorable » (#ironie) de 24h pour sortir avec un de mes ex
>> Ce que j’ai appris : bien mal acquis ne profite jamais ! Elle est devenue un paragraphe dans le livre de sa vie (moi j’estime avoir été au moins une page, oui une page recto-verso ah ah)  Et au final ça m’a permis de ne pas pleurer pendant des mois sur la fin de cette histoire. Elle m’a donc permis de rebondir plus vite et me rendre compte que la suite pourrait être meilleure.

Une amie m’a insulté et s’est servie de toutes mes peurs contre moi. Elle a été une amie très proche pendant plus de 8 ans, donc elle connaissait mes faiblesses et a su utiliser les bons mots pour me blesser.
>> Ne pas tout donner de soi en termes de confidence, se préserver

J’ai un grand sens de l’amitié et même si parfois je dis que mes meilleurs amis sont mon mari, mes frères et ma mère… en vérité mon meilleur ami c’est MOI.

Lorsqu’on n’attend rien des gens, on ne peut pas être déçu ! Avec le temps, même si les trahisons blessent, j’ai appris à les surmonter en souriant. Je ne rentre plus dans des joutes verbales pour avancer mes arguments et gagner le débat…non, cette energie je la mets dans MOI. A quoi cela sert d’avoir raison quand le résultat est la perte d’une amitié ? On en sort tous perdant.

Lorsque la déception est grande, l’envie de perdurer dans la relation amicale n’est plus là ou tout simplement le détachement se fait naturellement, il faut avoir le courage de se dire au revoir, et dans le respect des moments passés, des émotions partagés, des confessions échangées etc essayer de le faire sereinement. Mais pour tourner la page, je pense qu’il faut prendre le temps de se dire en face « je ne veux plus de cette amitié mais je te remercie de chemin parcouru ensemble ». Parfois il faut un peu plus et parfois cette simple phrase vaut plus que des centaines de SMS échangés dans la colère. Il ne faut pas se forcer faire tenir ou perdurer une amitié non sincère, à sens unique ou toxique.

Certaines fois, il faut s’éloigner pour mieux s’aimer ; être moins dans le quotidien de ses amis pour apprécier davantage les échanges et moments passés. Il n’y a pas d’amitiés parfaites, il y a des parcours d’amitié. A nous de dessiner l’amitié qui nous correspond à un moment T de nos vies et avec Paul, Marie, Coumba… A chaque personne, chaque groupe son modèle.
Encore une fois, quand (et si) on arrive au bout du chemin il faut savoir le faire avec respect et sagesse.

Chaque épreuve de la vie doit nous servir de leçons, et la sagesse qu’on acquiert dans la peine est à mon sens une des plus formatrice.

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply