Chroniques d'invités, Voyage

On vous donne envie de Toronto (fin)

9 février 2016

Désormais cet espace est à vous ! Vous pourrez retrouver tous les 15 jours un article écrit par l’un(e) d’entre vous ! L’équipe de Tais Toi Quand Tu Parles publie les articles mais le contenu reste la propriété de l’auteur. Nous vous invitons à découvrir, partager et apprendre grâce à ces invités. Bonne lecture

Vanessa nous propose la fin de son article sur Toronto. Si vous avez raté la première partie vous pouvez la retrouver ici.

Et sinon, Toronto, quézako?

Toronto est une grande ville, anglophone et cosmopolite, située entre New York et Montréal.

D’ailleurs, Toronto à de faux airs de New York mais en beaucoup plus relax, ici pas de klaxons à tous les coins de rue ni de foules de touristes. Comme NYC, la ville possède sa Skyline de grands buildings scintillants surplombés par la CN tower, ses quartiers typiques d’Amérique du Nord (Downtown, Midtown, China town, little italy, little Portugal,…), ses quartiers bobo très colorés comme Kensington market, ses malls géants comme le Eaton Centre, ses musées gigantesques comme le ROM ou le AGO où on peut venir faire la fête certains soirs. Mais Toronto ce n’est pas qu’une grande ville, c’est aussi le lac Ontario (un des 5 Grands Lacs d’Amérique du Nord qui fait la taille de La Manche, rien que ça) qui donne l’impression d’être face à la mer toute l’année avec ses grands voiliers, ses îles et ses plages de sable ! Si on aime vivre dans une ville animée et avoir la nature à portée de main, Toronto c’est le pied.  La ville est un joyeux mélange entre ultra moderne et ultra vintage, dans l’architecture comme dans la vie de tous les jours, par exemple les forfaits téléphoniques, les transports et internet ont 10 ans de retards par rapport à la France, mais les lieux de vie comme les bars, restaus, centres commerciaux, musées sont beaucoup plus modernes que chez nous. La population est assez jeune (20-40 ans) et l’ambiance s’en ressent, il y a toujours plein d’événements dans la rue et des festivals en tous genres surtout l’été. Peu de vrais canadiens, la plupart des habitants viennent d’Asie, d’Amérique du sud, du Moyen-Orient ou d’Europe, c’est la raison pour laquelle il est assez facile de trouver un job en parlant un anglais moyen, ils tolèrent davantage les accents ou les petites lacunes et le fait d’arriver avec une 2ème langue est super apprécié.

Toronto, Nathan Philips Square et Grafitti Alley

Toronto, Nathan Philips Square et Grafitti Alley

 

ttqtp_toronto__party

Toronto, Pan Am Games et Black Out Party

ttqtp_toronto__plage

Petite plage de Toronto Island

ttqtp_toronto_lac

Toronto, le Lac Ontario et ses îles

ttqtp_toronto_ville

Toronto, Queen Street West

Point météo : les 3 saisons

L’été à Toronto va de mai à fin septembre et il fait très chaud 25/35°C sur toute la période, l’automne (ici ils disent « fall ») est doux et marqué par de jolies feuilles rouges sur les arbres, l’hiver est glacial et va de novembre et jusqu’en mars – avril. Cette année l’hiver était à la bourre, la neige a montré le bout de son nez seulement fin décembre et depuis il neige gentiment, environ 10 cm de neige au sol et des températures entre -15 et -2°C, pour le Canada c’est peanuts !

I need a dollar, dollar…

Question boulot c’est assez facile de trouver un petit job en restauration, en call center ou en vente, c’est ce qu’on a fait quelques mois pour se familiariser à la culture canadienne. Ça ne paye pas trop mal grâce aux tips (entre 13 et 15% du montant total de la note). Si on veut un boulot durable et plus palpitant c’est faisable même avec un anglais moyen et sans expérience dans le domaine en question. Les canadiens ont l’habitude de donner facilement la chance aux gens qui en veulent et qui ont une bonne personnalité même si le parcours pro n’a rien à voir avec le job en question, c’est un bon moyen de tester d’autres environnements professionnels et de se challenger.

Mon copain, policier à la base a déniché un job de tuteur sans aucune expérience au préalable, il donne des cours de soutien à des élèves canadiens de 10 ans à 40 ans souhaitant se perfectionner en français ou en maths. De mon côté, j’ai décroché un poste de chargée de marketing dans un groupe automobile, je travaille pour le marché Québécois sur des campagnes de publicité françaises, le combo parfait (Note de Dee : Trop de la chance, et elle le mérite ce poste pour avoir travaillé avec elle, elle est calée notre Vanessa. Je sors de ton article)

Canada 1 – 0 Stress

Au travail, l’atmosphère est cool et bon enfant, les gens ne haussent jamais le ton, tout se fait dans la diplomatie et la bonne humeur. Les seuls points négatifs, selon moi, c’est les deux semaines de congé par an (oui oui) et le fait qu’on puisse se faire virer sans préavis et sans raison. Le gimmick qu’on voit dans les films avec l’employé qui doit quitter les lieux avec sa boîte en carton, c’est véridique ! Ça aide à bien se tenir et à éviter les histoires ! Au boulot comme dans la vie, les canadiens sont cools, très tolérants et bienveillants envers les autres. Vraiment ce sont des gens adorables, de vrais bisounours, ils ne se plaignent jamais et ont toujours un mot gentil à la bouche, c’est trop chaleureux le Canada ! Par exemple c’est courant d’entendre le chauffeur de Streetcar (tramway local) dire à ses passagers au terminus “il fait beau aujourd’hui profitez de votre journée et prenez soin de vous les mecs !” et les passagers de dire “merci, bonne journée” au chauffeur à chaque fois qu’ils descendent, c’est pas grand chose mais c’est tellement agréable. Dans la rue, quelque soit l’heure et le jour, c’est très safe, il n’y a quasiment pas d’incivilités, personne ne jette de déchet par terre, personne ne s’interpelle si ce n’est pour aider ou faire une blague, personne ne fraude c’est très mal vu, pas de mendiants dans les transports, les nanas sortent avec des mini mini mini jupes et talons de 15 cm avec les cheveux turquoises et tout le monde s’en fout, jamais un regard de jugement, ça aussi c’est mal vu de juger les autres.  En venant ici je me suis rendu compte que j’étais très méfiante et que je jugeais beaucoup les autres, on est d’ailleurs connus pour ça les français, surtout les parisiens, on a une image de gens snobs et réservés, mais tout le monde nous adore malgré tout, on est très apprécié des canadiens.

J’espère que je vous ai donné envie de venir voir ça de plus près !

Bonus

Voici un petit medley des expressions et questions qu’on entend tout le temps ici, les PVTistes / canadiens en herbe se reconnaîtront :

  • ”Il fait pas froid aujourd’hui, on est à -4°C seulement”
  • ”Tous mes amis en France m’appelle le Québécois alors que j’habite en Ontario…”
  • ”T’as regardé sur Kijiji ou Craiglist ?” (c’est leboncoin du Canada)
  • ”Je peux pas, j’ai Skype à 13h” (il y a 6h de décalage horaire alors il faut s’adapter pour garder contact avec ses proches)
  • ”T’habites sur quelle ligne, la verte ou la jaune ?” (il y a seulement 4 lignes de Métro, mais la bleu et la violette ne servent pas à grand chose)
  • ”Mes parents m’ont envoyé du foie gras et du saucisson et c’est passé à la douane !!!”
  • ”Oh my God, why would you leave Paris to move here? Why did you come to Canada?!” (les canadiens ne comprennent pas pourquoi on quitte la France pour venir ici)
  • ”Tu peux griller le feu rouge si tu tournes à droite.” (la signalisation et le code de la route sont différents évidemment)
  • ”C’est quoi tes amenities ? Moi j’a une piscine et un jacuzzi. Bah moi j’ai une piste de bowling et un terrain de tennis ! Ah ouai, bah moi j’ai…” (#combatdecondo)
  • ”Je suis française… de France.” (ici être français ça veut aussi dire Québécois, alors faut préciser)
  • ”T’es plutôt Canada Goose ou North Face ? Sorel ou Timberland ?”
  • ”On se fait la bise, on se serre la main ou on se prend dans les bras ?”
  • ”You guys speak real French!” (les canadiens anglophone n’aiment pas trop le français Québécois)
  • ”J’en ai marre de la clim partout !” ou ”Mais pourquoi il n’y a pas la clim dans le Streetcar ?!”
  • ”Could you speak slowly please” (les canadiens parlent très vite, et au début c’est galère)
  • ”En € ça fait combien ? Ah c’est pas cher !” (la différence entre l’€ et le CAD est énorme, surtout en ce moment 1€ = 1,52$)
  • ”Debit or Credit?” (la question posée dans tous les magasins car les CB ne font pas toutes crédit)

Merci à Vanessa d’avoir partagé un peu de son Toronto

You Might Also Like

8 Comments

Leave a Reply