Lifestyle, Sport et Healthy food

J’ai testé…l’Ultimate avec les Revos

26 septembre 2017

Pour ce deuxième épisode de ma série sur les sports insolites et méconnus, je suis allée à la rencontre des Revolution’air. Un club d’Ultimate en plein cœur de Paris.

Un club de quoi ? De frisbee !

Et non l’Ultimate n’est pas réserve qu’aux jeux de plage.

Pour la petite histoire, l’Ultimate nous vient d’Amérique du Nord. Ce sport voit le jour dans les années 60 et se pratique en club dans les lycées.

L’Ultimate débarque chez nous dans les années 70 et le premier championnat européen a lieu à Paris en 1980. La première fédération française date de 1979 et les premiers clubs a émerger sont le Hot Cellois en 1980 et le Sun Créteil en 1982.

C’est en 2000 que voit le jour les Revolution’Air avec un total de 35 clubs et 577 licenciés.

Aujourd’hui ce sport rassemble plus de 4000 licenciés dans 75 clubs en France.

Mais pourquoi un tel engouement ?

Très probablement parce que l’Ultimate est le seul sport au monde a être mixte ! Et oui, ce sport se pratique en deux équipes de 7 joueurs (le nombre de femmes de part et d’autre doit être égal) sur un terrain en gazon (en extérieur) d’environ 100 mètres de long sur 40 mètre de large.

Encore une chose qui montre que ce sport est en avance sur son temps, l’Ultimate est auto-arbitré donc les joueurs sont eux-mêmes responsables du bon déroulement du jeu. C’est également un sport sans contact, et lorsque cela se  produit, les joueurs concernés doivent s’accorder sur la validité des actions ou des points.

Chaque joueur est responsable du fair play du match et l’adhésion à ces valeurs contribue à éliminer tout affrontement des terrains de jeux.

Pour aller à la rencontre de ces passionnés du disque volant, j’ai amené avec moi les deux SuperNana Nina et Selvina. Le rendez-vous est pris un lundi soir, 20H00 au stade Marcel Dauvin, porte de Clignancourt.

C’est la rentrée sportive, et nous nous retrouvons donc avec beaucoup de nouveaux adhérents. Pas le temps de bavarder, Josy nous annonce une série de fractionné. L’entrainement commence fort.

L’échauffement se fait en commun avec les rookies et les anciens mais une fois terminé, chacun se sépare pour s’entraîner en fonction de son niveau.

Nous sommes pris en main par Josy (de son petit nom) qui nous explique les différentes phases d’entraînements : nous allons apprendre à nous positionner pour le lancé, à tenir le disque et quelques techniques d’envois comme le revers et le coup droit. Malgré le vent qui souffle très fort ce soir là et qui ne nous facilite pas la tâche, on s’en sort plutôt pas mal d’après Quentin, le rookie chargé de notre petit groupe.

La nuit tombée, nous prenons place sur le terrain synthétique pour un match. C’est le moment de mettre en application les enseignements appris quelques minutes avant. L’entrainement se termine dans un esprit bon enfant et nous ne demandons pas notre reste. L’ultimate c’est un sport tout aussi intense que technique.

Après un petit topo avec les filles, ce qui nous a le plus marqué c’est l’encadrement des nouveaux. Nous nous sommes senties entourées et à aucun moment abandonnées à notre triste sort de débutantes. Chaque membre de l’équipe s’investit pleinement dans l’activité du club. C’est l’esprit Ultimate.

Actuellement, la Fédération Internationale milite activement pour que l’Ultimate devienne un sport olympique. Paris 2024 ? Croisons les doigts !

Nous souhaitons longue vie à l’Ultimate qui est un exemple à suivre dans le monde du sport.

Pour tous les renseignements, tarifs, horaires, rendez-vous sur le site de l’association https://www.revos.fr/entrainements/

  

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply