DailyMood

Les histoires d’amour finissent mal… Rupture

3 décembre 2015

J’ai autour de moi bon nombre de copines célibataires que j’aimerai tellement voir casées. On aime dire que les hommes aiment les connasses, je pense que c’est vrai car mes copines sont des filles jolies (vrai de vrai et sans maquillage), intelligentes (que des n°10 dans ma team), indépendantes (est ce le début du problème ??) mais célibataire. Je me suis donc dis qu’une mise à jour sur la psychologie masculine ne serait pas du luxe avant que je ne me lance dans mon agence matrimoniale de réseaux. Oui présenter le pote Paul à la copine Cynthia, ou demander à la copine Julie si elle n’a pas une cousine à présenter au poto Pierre etc. Déjà que rencontrer un inconnu qui ne soit pas l’ex de sa cousine (le monde est petit), un serial killer (le monde est fou), un radin assumé (le monde est en crise) ou un imbécile fini (le monde est ce qu’il est) est très difficile alors autant mettre toutes les chances de son côté en demandant à quelqu’un qui a un petit historique de la vie et l’oeuvre du prétendant (ou prétendante).

Donc pour me mettre en ordre de bataille j’ai achété le fameux « Think like a man » de Steeve Harvey ! Il avait dans les années 90 une série qui passait en France et anime depuis plus de 5 ans un talk show à succès au pays des cupcakes. Il a notamment écrit les scénarios des deux films du même nom. J’ai pris la version  française pour être sûre de ne rien mal interpréter mais j’aurai dû prendre le livre en anglais, tellement la traduction est bancale ! A croire qu’il a été traduit un soir de cuite. Ce livre est néanmoins,  très intéressant et je pense vous en faire un retour, mais je souhaite vous parler aujourd’hui de la psychologie d’une étape de beaucoup de relations amoureuses : la rupture !

Avec les années, j’ai le sentiment que les relations amoureuses fluctuent avec les saisons : au Printemps les rencontres et flirts, à l’Eté la romance, à l’Automne les ruptures et à l’Hiver la chaleur des draps des friends with benefits. Celui qui a aimé connait aussi la peine de la rupture, et c’est LE sujet du jour.

Comme tout le monde j’ai été amoureuse et comme tout le monde j’ai eu le coeur brisé, bon j’ai eu plus souvent le cœur fissuré que je n’ai été amoureuse mais bon, c’est le jeu. Je pourrai faire 50 articles sur les différentes relations, mais je préfère commencer par la fin. Je ne sais pas forcément comment faire qu’une relation fonctionne à tous les coups ou qu’elle vous mène à la bague (j’ai ma propre technique qui a fonctionné…mais chut) mais je sais comment gérer (à peu près) une rupture en gardant la tête haute. Entendons nous bien, j’ai eu deux ou trois (en vrai deux mais ça fait bien de sous entendre plus) où je suis ressortie la queue entre les jambes cad le coeur devastée (entre les jambes j’ai un coeur oui oui), l’égo piétiné, la confiance en moi perdue dans l’antre de la galaxie… du coup avec le recul je suis capable (je pense) de vous dire comment éviter ça).

Quand on parle de rupture il y a différents types, de la plus classe (une discussion autour d’un café, oui on ne va pas payer un restaurant pour se faire plaquer) à la plus abjecte (trouver sa soeur avec son mec par exemple). On a tous des histoires de ruptures, comme celles ci :

  • Eva qui sortait avec Jules depuis 4 ans, ils ont du coup le même cercle d’amis, et elle apprend un jour que ça fait 6 mois que Jules la trompe avec leur bonne (pour le coup elle devait l’être) amie Chloé. ==> C’est la rupture subit avec incidence amicale
  • Fatima qui vit avec Jean depuis 2 ans, et qui rentre après le boulot et découvre que Jean a pris toutes ces affaires sans prévenir ni laisser de mots  ==> Rupture de connards avec incidence économique
  • Noor sort avec Bryan rencontré 3 jours avant dans une soirée et qui après 48h de plaisirs charnels n’a plus de nouvelles alors qu’elle voit ses mises à jours de statuts Facebook ==> Rupture prévisible avec incidence sur les kilos dû aux soirées tortures de cerveaux avec les copine
  • Joseph amoureux depuis 6 ans de Léa et qui apprend que Léa ne l’aime tout simplement plus et n’a pas les mêmes projets. ==> La fin classique

Des exemples il y en a des centaines ! Que ce soit  voulu, partagé ou voulu ; par mail, sms ou post it (la pire des manières et Carrie B ne me contredira pas, mais il semble que snapchat est le nouveau Post it ) il ne faut RIEN regretter. Un homme (une femme) peut être parfait(e) mais pas pour vous, et il y a un timing de l’amour. Si la personne est la bonne, laissez la partir car au bon moment elle reviendra et là vous serez heureux. Dites vous lorsque la douleur est là, que vous avez sans doute fait endurer la même à quelqu’un un jour qui s’en est remis, donc vous vous en remettrai.

Pour finir, un témoignage d’une lectrice, sur la rupture subit et imposée. On peut être le bourreau et la victime ou l’arroseur et l’arrosée !

 » Il y a quelques années, j’ai vécu une rupture douloureuse d’autant plus qu’elle fût très inattendue (pour ma part). Un jour il me dit que ses sentiments ont changé et qu’il me quitte. Incompréhension, stupéfaction, mon monde s’écroule littéralement. J’avais l’impression que mon corps n’était en fait qu’une construction en Lego et qu’il venait de me balayer d’un grand coup de pied, ne laissant plus que des morceaux de moi. La pente fut assez dure à remonter. Comment l’amour pouvait s’arrêter de façon aussi brutale et sans annonce (en tout cas sans que mes yeux s’ouvrent aux nombreux signaux qu’il m’envoyait et que je ne compris qu’à posteriori) ? Ma foi en l’amour et en les hommes en fût quelque peu ébranlée. Puis j’ai fini par refaire ma vie. J’ai rencontré un homme bien, respectueux, attentionné, parfait pour ma famille, parfait pour mes amis. Une parfaite image du couple. Et puis un jour je me suis rendue compte que mes sentiments envers lui avaient changés, doucement, de manière quasi imperceptible ce qui ne permet pas de réagir à temps. Au début on se dit que ça va passer, que la flamme va revenir. Mais le mal-être s’installe au fond de soi. Il faut faire bonne figure devant l’entourage qui ne comprendrait pas. Un jeu de rôle se met en place et on a l’impression d’être parfaitement schizo. On ne veut pas faire souffrir les autres alors on souffre en silence. On lance des signaux qui restent incompris. Il ne voit rien. Personne ne voit rien. Jusqu’à ce qu’on explose, faisant beaucoup de dégâts. Que nous aussi on foute un grand coup de pied dans l’homme Lego qui nous aime.
C’est à ce moment là qu’on comprend que peu importe le rôle dans lequel l’on se trouve, une rupture n’est jamais facile. C’est à ce moment là que je comprends tout ce par quoi l’homme qui me quitta a pu passer. C’est à ce moment là que je sais ce par quoi l’homme que j’ai quitté peut passer.  »

NB : Ruptures de deux relations longues (4 et 6 ans)

COURAGE A TOUS, Winter is coming, au mieux tombez amoureux, au pire pensez à vous réchauffer (sortez couverts !!!!!!!)

You Might Also Like

7 Comments

Leave a Reply