Kulture Pub, Lecture

Soyons coquines…

5 janvier 2016

 

Salope, c’est le mot en vogue ces dernier temps. Une femme qui assume sa féminité et sa sensualité est forcement une pute, une cochonne ou je ne sais quel autre petit nom d’oiseau (mon vocabulaire d’insultes est quelque peu réduit sur le sujet).
Mais ce que peu d’entre nous admettent c’est que les femmes d’aujourd’hui malgré leur désinhibition ne sont pas moins sages que leur grands-mères, arrières grands-mères ou nombres de femmes avant elles.

 

“Le plus grand plaisir qui soit après l’amour, c’est d’en parler”
Louise Labé, Débat de Folie et d’Amour

 

C’est du moins ce que l’on peut penser à la lecture du très beau livre Écrire le désir, où Julia Bracher compile près de 2000 ans de récits érotiques rédigés par des femmes.

De Sapho (-600 av. JC) à Pauline Réage (20ème siècle), les belles lettres subliment la sensualité et exalte une féminité forte et assumée. 240 pages d’extraits illustrés où l’on se rend compte que l’amour, bien plus souvent qu’à son tour, exhorte une sexualité voluptueuse.

Envie d’encanailler vos lectures mais sans savoir vers quoi vous tourner, cet ouvrage propose un condensé de tout ce que la littérature érotique féminine offre : des amours officielles, adultères, homosexuelles, orgiaques, des plumes crues, subtiles, imagées ou métaphorées… De quoi choisir ce qui vous ressemble.

Écrire le désir est également ponctué de présentations signées par Julia Bracher, retraçant l’histoire de cette littérature à travers les époques et de ces femmes, souvent obligées d’avancer/d’écrire masquées…


Comme Dominique Aury écrivant sous le pseudonyme Pauline Réage et qui publie en 1954
Histoire d’O (Prix des Deux Magots en 1955, qu’elle recevra gantée et cagoulée).
Lâchez les insipide Nuances et plongez vous dans le récit d’une femme qui s’abandonne totalement à l’être aimé. Roman rédigé en lieu et place d’une lettre d’amour pour retenir un amant, Dominique Aury y couche des fantasmes violents de soumission et de passion mêlés de tendresse et illustre la vulnérabilité de tout un chacun qui s’abandonne dans l’amour.

 

“Les femmes n’ont jamais séparé l’acte sexuel du sentiment, et de l’amour de l’homme tout entier.”
Anais Nin, post scriptum de la préface Venus Erotica

 

Dans Venus Erotica, Anais Nin croque de sa plume les désirs. Quinze nouvelles nées en 1940 d’une commande et écrites pour divertir les fantasmes d’un homme, elles furent publiées en 1977. Chacune de ces histoires racontent avec style la vie sulfureuse de ses héros aux sexualités parfois divergeantes. Mais l’acte sexuel reste prétexte et l’auteure valorise des caractères, des rencontres, des relations… avec une sensibilité bien féminine. A la fois sensuels et crus, les textes d’Anais Nin sont empreints d’un fort pouvoir d’excitation.

 

L’hiver arrive (enfin!), célibataires ou en couple(s), tenez vous chaud sous la couette avec ces classiques de la littérature érotique féminine.

 

Ecrire le désir
Edition établie par Julia Bracher
Omnibus / RMN
ISBN : 978-2-258-09277-8

 

 

histoire d'oHistoire d’O
Pauline Réage (Dominique Aury)
Le Livre de Poche
ISBN : 978-2-253-14766-4

 

 

venus eroticaVenus Erotica
Anaïs Nin
Le Livre de Poche
ISBN : 978-2-253-02521-4

 

 

 

You Might Also Like

7 Comments

Leave a Reply