Kulture Pub, Média, Société

Working girls au cinéma… n’existent pas !

8 février 2016

Quand on est une femme entrepreneuse ou à responsabilités professionnelles, une chose est sûre le parcours va être difficile et semé d’embûches. Est-ce plus simple pour les hommes ? Aucune idée. Le fait est que les sacrifices personnels et familiaux sont sans doutes moins acceptés quand on est une femme. Et si la société commence doucement à bouger, le cinéma lui est encore bien en retard.

 

Il y a quelques semaines, j’ai eu l’envie de faire un papier sur les working girls au cinéma. Les vraies, les business women qui s’épanouissent dans leur carrière et se donnent les moyens de réussir, celles qui pourraient être un peu nos modèles à nous pauvres petites entrepreneuses qui galérons souvent mais qui ne lâchons rien quand même. J’avais envie de pouvoir me rattacher à des femmes de fictions ambitieuses…

Le constat fût rude.
Les femmes qui s’épanouissent dans leur boulot malgré les sacrifices inhérent à celui-ci se comptent sur les doigts d’une pauvre main (et encore, je vois large). Pour le cinéma, la femme ne peut pas travailler et avoir une vie personnelle satisfaisante.

Les working girls sont souvent prétextes aux comédies romantiques : la fille travaille tellement qu’elle ne rencontre personne et en souffre, quand elle décide de lâcher un peu de prise sur son boulot, bam ! l’amour arrive. Ou variante, elle rencontre d’abord l’amour au gré d’un improbable hasard et se rend compte que son travail freine son amour. Quoiqu’il en soit, et même si je caricature un peu, la femme ne peut pas travailler, être indépendant et heureuse (Super, le message !).

 

Alors on fait quoi ? On baisse les bras face à ces modèles sexistes et foireux ?
Je vous rassure les filles, même si les entrepreneuses épanouies sont sous représentées dans la fiction cinématographique, on peut quand même se rattacher à quelques films :

 

Joy - afficheLa battante
Joy de David O. Russell (2015)
(biopic)

Tout s’acharne contre Joy et son business. Mais elle se bat et finira par créer son empire. Son crédo : “Pas besoin d’un Prince, j’ai un pouvoir spécial”.
Une femme indépendante qui s’accomplit seule (ou presque) !

 

working girl - filmLa déterminée
Working Girl de Mike Nichols (1988)
(à voir ne serait-ce que pour les looks 80’s bien assumés!)

Tess bouscule les conventions et enfonce les portes pour faire entendre ses idées et peut-être se hisser au sommet. Son crédo “La réussite ne tient qu’à soi”, grâce à ce mantra elle devient maître de sa destinée et trouvera même l’amour. La chanceuse !

 

L’humanitaire
Erin Brockovich, seule contre tous de Steven Soderberg (2000)
(biopic)

Erin n’a rien d’autre que l’envie de survivre (et trois enfants). Mais elle est intelligente et forcenée. Elle ne lâche rien, fait confiance à son jugement et ses intuitions et se débrouille pour créer sa propre chance sans renier ses valeurs. Une David qui fait plier Goliath !

 

Ces trois héroïnes viennent de nulle part (oui, comme nous !). Elles se donnent les moyens de réussir et gardent toujours le cap malgré les difficultés. Deux d’entre elles (Joy et Erin) sont inspirées de femmes ayant existé et réussi dans leur vie. Moralité :  les filles, never give up !

You Might Also Like

6 Comments

Leave a Reply